Le marché du biocontrôle pourrait peser lourd d’ici une dizaine d’années. Concentration, rachats, stratégies de communication sont à l’ordre du jour. Avec des innovations destinées aussi à l’agriculture bio. Macrolophus pygmaeus, punaise prédatrice d’aleurodes, bien

“J’ai converti ma ferme en 2009 d’abord par conviction, raconte Benoît Chevassus, installé à Sazeray. J’avais déjà orienté l’élevage vers des pratiques utilisées bio, notamment l’autonomie alimentaire. Le seul grand changement est le suivi sanitaire.

Sur les hauts plateaux de l’Aubrac, à 1 100 m d’altitude, Roland Carrié élève ses Aubrac dont la viande est très bien prisée en circuits courts. Second département français pour sa surface en bio (après la

Face à des chutes intempestives de prix des légumes du Grand Ouest et du Nord écoulés en circuits longs, Cohéflor Bio, qui représente 6 organisations économiques de producteurs 100 % bio en France, tire la sonnette

Le Grenelle de l’environnement l’a affirmé : l’utilisation des produits de biocontrôle doit se développer. À côté des petites entreprises très impliquées dans ce secteur, les industriels de la chimie y portent désormais un intérêt réel.

Dans un contexte de crise de la filière bovin viande conventionnelle et bio, Bio Centre a mené une enquête auprès des éleveurs et opérateurs de la région Centre pour connaître les forces et les faiblesses

Visant à représenter la filière “vin bio” française dans son intégralité, de la production à la commercialisation, la Fnivab (Fédération Nationale Interprofessionnelle des Vins de l’Agriculture Biologique) se mue en France Vin Bio. Richard Doughty,

Après une pause dans les nouvelles adhésions depuis 2012 par manque de visibilité sur le marché, Biolait accepte à nouveau des candidatures.

Christophe Baron, président de Biolait Avec 125 millions de litres de lait collectés en 2013 (103 millions en 2012), forte de 1 300 producteurs présents dans 600 fermes, la SAS Biolait représente plus d’un quart de

Le projet Approbio, porté par le Critt Agroalimentaire de Paca (1), concerne les filières fruits, légumes et céréales. Son objectif est de faciliter l’approvisionnement en matières premières bio locales des industries agroalimentaires de Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Pour

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.