Engrais verts en viticulture : à adapter selon ses objectifs

L’intérêt des engrais verts n’est plus à démontrer : apport de matière organique, limite de l’érosion, structuration du sol… Perrine Dubois de l’Association technique viticole du Maine-et-Loire (ATV 49) et Éric Maille d’Agrobio Périgord reviennent sur les conditions de réussite de la technique en viticulture.

Mélange féveroles, pois, radis chinois et avoine, ici en au mois d’octobre l’engrais vert d’Antoine Pignier, après un semis début août. (crédit photo : A. Pignier)

Mélange féveroles, pois, radis chinois et avoine, ici en au mois d’octobre l’engrais vert d’Antoine Pignier, après un semis début août. (crédit photo : A. Pignier)

“Il n’y a pas de plante idéale qui passe partout. Chacune est adaptée à des conditions particulières, avec ses avantages et ses inconvénients” introduit Éric Maille. Choisir de faire des engrais verts, c’est d’abord poser un bon diagnostic : quel est l’objectif recherché ? Quels sont la nature du sol et ses potentielles carences ? En fonction des réponses, la technique utilisée et le choix des espèces semées seront différents…

Lire la suite dans Biofil n°105 (mai-juin 2016).

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.