Cuivre : toujours au cœur des préoccupations

La pulvérisation confinée est une piste pour réduire les doses de cuivre. (© C. Rivry-Fournier)

La pulvérisation confinée est une piste pour réduire les doses de cuivre. (© C. Rivry-Fournier)

Le rendez-vous Tech&Bio viticulture à Montagne, les 6 et 7 juillet 2016, consacre une matinée au cuivre : les préoccupations des vignerons pour cette campagne et les résultats d’expérimentations sont au centre de ces échanges.

La dose de quatre kilogrammes par hectare et par an, sans lissage, plane toujours au-dessus des vignerons bio. À ce jour, toujours pas de nouvelles de l’Anses (1) quant aux décisions d’autorisations de mise sur le marché (AMM) des spécialités contenant du cuivre (nouveaux produits ou réexamen des préparations en cours d’utilisation), suite à la réapprobation de la substance active en 2009 (voir Biofil n° 105).

Toxicité au cœur des débats

La question de la toxicité du cuivre reste un sujet sensible. Les avis sont extrêmement divergents (lire p. 59-61 Biofil 107). Par exemple, pour Éric Maille, conseiller viticulture à Agrobio Périgord et référent Fnab-Itab en viticulture, l’enjeu est surtout d’avoir des sols vivants : “On observe chez des vignerons en bio depuis plus de 30 ans une quantité considérable de vers de terre, et ce sont des sols sur lesquels les engrais verts, légumineuses et céréales poussent extrêmement bien.

(…)

Frédérique Rose

Lire l’intégralité de l’article dans le Biofil n°107 – sept-oct. 2016

 

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.