Diversifier les espèces, les organiser entre elles, créer un système à plusieurs étages, réduire les coûts : invité du Grab (Groupe de recherche en agriculture biologique) en Avignon, Stefan Sobkowiak, arboriculteur québécois, présente son expérience originale

L’ hoplocampe pose de plus en plus de gros soucis en vergers de pommiers, pruniers, voire poiriers bio. Ce ravageur, souvent considéré comme secondaire, s’impose surtout en cas de faible pression insecticide. Il provoque une

Créer un verger bio ne s’improvise pas. Cette prise de risque (évaluée entre 10 000 et 15 000 €/ha selon les espèces en semi-intensif) nécessite réflexions et évaluation des paramètres.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.