Produits de biocontrôle : tous utilisables en bio ?

Quelles familles de produits se cachent derrière le terme de « biocontrôle » ? Tous les produits qualifiés ainsi sont-ils tous utilisables en agriculture biologique ? Pas si simple…

Contre le mildiou, la prêle a une action antisporulante (crédit photo : Thierry Thevenin).

Contre le mildiou, la prêle a une action antisporulante (crédit photo : Thierry Thevenin).

Pour répondre très clairement à cette deuxième interrogation, un produit de biocontrôle n’est pas automatiquement utilisable en agriculture biologique, comme nous allons le voir plus en détail. Aujourd’hui, la définition des produits de biocontrôle n’est pas évidente et le terme peut prêter à confusion dans le monde de l’agriculture biologique.

Tout d’abord, qu’est ce qu’un produit de biocontrôle ? Dans son acceptation générale, c’est un produit « naturel » et ce, par opposition aux produits dis « chimiques ». Pour le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, le terme de biocontrôle regroupe : « l’ensemble des méthodes de protection des végétaux par l’utilisation de mécanismes naturels » (1) avec un objectif de : « gestion des équilibres des populations d’agresseurs plutôt que […] leur éradication ».

Ces produits de biocontrôle se déclinent en quatre familles :

  1. Micro-organismes : les champignons, bactéries et virus. Ils sont utilisés pour protéger les cultures contre les ravageurs et les maladies ou stimuler la vitalité des plantes. Depuis la parution du RUE 354/2014, seuls les micro-organismes spécifiés dans la réglementation CE 540/2011 et non génétiquement modifiés sont autorisés. Dès lors, en France, les micro-organismes qui ne sont pas obtenus ou issus d’Organismes génétiquement modifiés et qui ont une Autorisation de mise sur le marché (AMM) sont utilisables en agriculture biologique.
  1. Macro-organismes auxiliaires : les invertébrés, insectes, acariens et nématodes. Le décret n°2012-140 ne s’appliquant qu’aux macro-organismes non-indigènes, les macroorganismes indigènes sont tous autorisés en France. Les macro-organismes qui ne sont pas obtenus ou issus d’Organismes génétiquement modifiés sont dès lors utilisables en bio suivant l’article 5 point f) du RCE 834/2007 : « préserver la santé des végétaux au moyen de mesures préventives, [] et en protégeant les prédateurs naturels de nuisibles».
  1. Médiateurs chimiques: les phéromones d’insectes et les kairomones. Ils permettent le contrôle des populations d’insectes ravageurs par le piégeage et par la confusion sexuelle. Les phéromones autorisées en agriculture biologique par le RUE 354/2014 sont celles listées dans le RCE 540/2011 (numéros 255, 258 et 259) et leur utilisation est strictement limitée aux pièges et distributeurs. Les kairomones sont quant à elles interdites en agriculture biologique.
  1. Substances naturelles: substances présentes dans le milieu naturel d’origine végétale, animale ou minérale. Ces substances, bien que d’origine naturelle, doivent obligatoirement être autorisées au niveau européen avant de pouvoir être utilisées. Une procédure simplifiée existe pour les substances de base : pour en savoir plus, consultez le guide pédagogique Procédures réglementaires applicables aux produits de biocontrôle réalisé par l’Itab et l’Onema. De plus, l’utilisation de ces substances naturelles est assujettie à leur présence au sein de l’annexe II du RCE 889/2008 (ou du RUE 354/2014 qui le modifie). Ainsi, le caractère naturel d’un produit de biocontrôle n’est pas une cause suffisante pour une utilisation en agriculture biologique.

S’assurer de son autorisation

C’est pourquoi les produits de biocontrôle ne sont pas de facto utilisables en agriculture biologique. Une étude de chaque produit vis-à-vis de la réglementation générale européenne et française (produit phytopharmaceutique) complétée d’une étude vis-à-vis de la réglementation en agriculture biologique est nécessaire pour garantir qu’ils le sont ou pas.

Afin d’aider les producteurs engagés en agriculture biologique, l’Institut national des appellations d’origine (Inao) met à leur disposition un Guide des produits de protection des cultures utilisables en France en agriculture biologique (produits avec Autorisation de mise sur le marché) sur son site internet : http://www.inao.gouv.fr/.

Par ailleurs, Ecocert valide et référence sur son site internet www.intrants.bio un ensemble de produits utilisables en agriculture biologique selon le RCE 834/2007 soumis à validation par les fabricants (sur base volontaire).

Guillaume Deleixhe

Responsable du service Intrants

www.ecocert.com

(1) « Décret n° 2012-140 du 30 janvier 2012 relatif aux conditions d’autorisation d’entrée sur le territoire et d’introduction dans l’environnement de macro-organismes non indigènes utiles aux végétaux, notamment dans le cadre de la lutte biologique ». JORF n°0026 du 31 janvier 2012, page 1803.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.