Semis direct sous couvert : de fréquents échecs

(crédit : JM Poupeau)

De l’avis général, le semis direct sous couvert est la technique la plus difficile à transposer en bio. “Dans l’état actuel de nos connaissances, je ne crois pas au semis direct sous couvert en bio de manière continue”, avance Mathieu Archambeaud, spécialiste de l’agriculture de conservation lors du salon La Terre est Notre Métier en septembre dernier. Pourtant, nombreux sont les agriculteurs bio qui s’y lancent, souvent avec beaucoup d’enthousiasme. Cependant, dans la pratique, les échecs sont nombreux : salissement hors de contrôle, piètres rendements voire absence de récolte, conduisent parfois à de véritables impasses techniques. Dans certains cas, la bio peut même en être décrédibilisée. Même si quelques belles réussites sont observées – notamment sur soja –, très rares sont les agriculteurs qui maîtrisent le semis direct sous couvert en bio dans la durée, notamment en grandes cultures. Le manque de recul freine donc considérablement l’adoption de cette technique en bio.

JM Poupeau

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.