Grandes cultures bio dans l’UE : toujours en croissance

L’UE représente 39 % des surfaces de grandes cultures bio dans le monde. (Crédit : C. Rivry-Fournier)

À la demande d’Intercéréales et de Terres Univia, l’Agence Bio vient de publier une étude sur l’évolution des grandes cultures bio dans l’Union européenne. À partir des données d’Eurostat et d’autres sources, cette compilation met en évidence la forte croissance des céréales et oléoprotagineux : en 2017, l’UE cultive en bio plus de 2,6 millions d’hectares en grandes cultures, en hausse de 6,5 % par rapport à 2016 (2,03 Mha de céréales, 273 000 ha d’oléagineux 315 000 ha de protéagineux et de légumes secs). L’UE représente 39 % des surfaces de grandes cultures bio dans le monde, et la France est leader avec 15 % des surfaces, suivie de l’Italie et de l’Allemagne.
Le blé tendre et le grand épeautre sont les espèces dominantes, suivies de l’avoine, l’orge, le blé dur, le seigle, le maïs. En oléagineux, le tournesol, le soja et le colza sont les plus cultivées, et la Roumanie arrive en tête des surfaces, suivie de la France. En protéagineux, l’Italie est première, avant la France, l’Allemagne et l’Espagne.

Risques liés aux aléas climatiques
En 2019 en France, les conversions continuent à un rythme soutenu : parmi les 3 889 exploitations engagées en bio entre le 1er janvier et le 1er juin 2019, 944 déclarent les grandes cultures comme production principale. L’étude pointe néanmoins des déficits de production engendrés lors d’aléas climatiques, à l’instar de 2018 en Europe de l’Ouest. Des conversions sur d’importantes surfaces en Ukraine, Russie ou Kazakhstan sont d’ailleurs observées, destinées à l’exportation, notamment dans l’UE. “Il serait également utile d’étudier les flux intracommunautaires de grandes cultures car peu d’informations sont disponibles sur ce sujet”, conclut l’Agence Bio.

En savoir + : agencebio.org

C. R.-F.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.