Planter un verger bio (2e partie) : le choix crucial des variétés

 

abricotier

Implanter un verger bio est un engagement de longue haleine. Autant réduire au maximum le risque d’erreurs ! Après avoir évoqué, dans notre précédent numéro (Biofil n°65), les paramètres prioritaires à prendre en compte, voici venu le choix des variétés. En voici une sélection adaptée aux conditions bio et bio-dynamiques.

Pour chaque espèce, différents porte-greffes sont proposés, plus ou moins plus adaptés. Le choix se fait en fonction du type de verger : extensif, semi-extensif, intensif…

L’abricotier

Porte-greffes : en abricotier, le porte-greffe est primordial. Il est à choisir surtout en fonction du type de sol mais aussi des deux grandes maladies qui ravagent cette espèce : la bactériose et l’ECA (enroulement chlorotique de l’abricotier). Le porte-greffe le plus fréquent est le Myrobolant. Il est obtenu par semis de la famille des pruniers. Si possible, choisir le Myrobolant B : il est sensible à la bactériose et à l’ECA. À réserver dans les sols pauvres et aux variétés peu vigoureuses. Ma préférence va au Rubira (pêcher franc) pour sa faible sensibilité aux deux maladies évoquées plus haut : il est moins vigoureux que le Myrobolant. Dans les porte-greffes issus du pêcher, on peut citer le GF 305 et Monclar : ils sont performants d’un point de vue agronomique et s’adaptent bien au sol calcaire…

Lisez la suite de l’article en commandant le numéro papier de Biofil N°66 – Septembre Octobre 2009

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.