Monilioses de fleurs d’abricotiers : efficacité variable des produits de biocontrôle

Symptôme de Monilinia
laxa sur fleur d’abricotier. (© Inra UERI)

Valérie Gallia, responsable du pôle fruits à noyaux à la station expérimentale Sudexpé, présente l’efficacité de divers produits de biocontrôle, testés au sein du projet Fan de Bio, sur les monilioses de fleurs d’abricotiers. En 2017 et 2018, la pression était moyenne à forte sur les deux sites d’expérimentations (Sudexpé – Hérault – et Sica Centrex – Pyrénées- Orientales). Sont testés : cuivre en préventif sur les périodes à risques ; cuivre combiné au Curatio, en traitement stop sur végétal humide, en fin ou pendant la contamination ; 2 applications de Curatio ; 3 applications de Serenade max ; 2 applications de Julietta (1) ; Serenade max + Amylo X WG ; Sérénade Max + Amylo X WG + 2 Curatio en traitements stop.

Résultats
Seule l’association cuivre + Curatio présente une réduction statistique intéressante : 51 % de fleurs globales touchées, en 2017, contre 82 % pour le témoin non traité (TNT) et 68 % avec le cuivre seul. En outre, un mois après la fin de floraison, en regardant le nombre de rameaux desséchés avec des chancres de monilia, on observe 421 rameaux touchés dans la modalité cuivre + Curatio, contre 654 sur le TNT. “Mais le Curatio a un positionnement parfois difficile, et les doses à appliquer sont à retravailler, car nous avons utilisé la dose maximale de l’homologation”,
explique Valérie Gallia. Pour les produits Serenade max, Amylo-X et Julietta : aucune différence statistique avec le TNT n’est observée.

(1) Julietta a reçu une homologation en février 2019 pour pêchers contre les monilioses. Produit contenant une souche de levure sélectionnée par Agrauxine pour la protection des plantes.

F. Rose

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.