Fruits à noyau : l’avenir aux variétés

Si les surfaces de pêche-nectarine, de cerise ou, dans une moindre mesure, d’abricots bio peinent à se développer, c’est à cause d’impasses techniques comme le monilia, la cloque, la mouche, etc. Les producteurs sont en demande de solutions. À défaut, pour l’avenir, c’est vers les variétés qu’ils se tournent : création de variétés plus tolérantes et plus rustiques, mais aussi évaluation des sensibilités des variétés existantes, tant anciennes que modernes.

dos_ouvertureAu sommaire de ce dossier :

*L’avenir aux variétés : 

*Témoignages de producteurs 

*Drosophila suzukii, un ravageur émergent et menaçant

Ce sujet vous intéresse ?

Venez lire la suite du dossier en vous abonnant ou en achetant le Biofil n°96

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.