10e baromètre Agence Bio/CSA 2012 : la bio poursuit sa percée

En bio, malgré l’inquiétude face à la crise, les signaux sont au vert : en  2012, les achats bio des ménages ont progressé de 5 % par rapport à 2011.  D’après le 10e baromètre Agence Bio/CSA 2012, la majorité des acheteurs de bio a  l’intention de maintenir sa consommation.

Selon le 10e baromètre de l’Agence Bio/CSA 2012 tout juste diffusé, 64% des français ont consommé bio en 2012 (1), et 43% au moins une fois par mois (contre 37% en 2003 et de 40% en 2011). « C’est une vraie tendance de fond qui s’affirme, souligne François Thiery, président de l’Agence Bio et éleveur laitier dans les Vosges. Dans un contexte économique difficile, les Français se raccrochent à des valeurs fondamentales en matière d’achats. » De 3,9 milliards d’euros en 2011, le marché français atteindrait 4,1 milliards d’euros en 2012 (chiffre encore provisoire).

81 % des consommateurs de bio affirment qu’ils maintiendront leur niveau de consommation de bio dans les 6 mois suivant l’enquête qui date de novembre 2012. 13 % envisagent même de l’augmenter (en 2012, 82 % des consommateurs on maintenu ou augmenté leur budget consacré à l’alimentation bio). « La bio garantie la sécurité et la traçabilité, que recherchent de plus en plus les consommateurs  échaudés par les scandales et tromperies de l’agroalimentaire », complète François Thiery. « Même si le discours et l’acte d’achat peuvent être différents », nuance-t-il.

En 2012, 71%  des Français déclarent privilégier les produits respectueux de l’environnement et/ou du développement durable lorsqu’ils effectuent leurs achats. Une belle progression, signe d’une prise de conscience puisqu’ils étaient 66% en 2011. « Cette conscience environnementale croissante est en harmonie avec la montée en puissance de l’agriculture biologique en France », se réjouit le président.

En savoir plus sur les 5 profils  

8% des Français sont des « Bio-quotidiens », ce sont les plus assidus : ils consomment bio depuis longtemps (18 ans en moyenne) et sont des habitués anti-gaspi.

15% des Français sont des « Bio-hebdos », c’est-à-dire qu’ils mangent bio au moins une fois par semaine. Ils sont très sensibles à l’environnement et très intéressés par l’élargissement de l’offre en produits bio.

20% sont des « Bio-mensuels » : ils consomment des produits bio  au moins une fois par mois. Ils sont en attente d’informations complémentaires sur la bio.

21% des Français sont des « Bio-occasionnels », ils consomment bio de temps en temps, sont très demandeurs pour leurs enfants. Mais ils estiment que le prix est trop élevé.

36 % des Français, « Les désintéressés » ne consomme jamais bio. Ils sont de moins en moins nombreux (46 % en 2003). Ils sont peu sensibles à l’environnement, à l’agriculture et à leur alimentation. Ce sont surtout des jeunes, de 15 à 24 ans.

 La bio origine France en croissance

Grâce aux conversions et aux hausses des volumes de  production bio en France, la filière a recentré ses approvisionnement localement.  De 38% en 2009, la part (en valeur) des produits bio « importés » (3) consommés en France passe sous la barre des 30% en 2012  (4).

Les Français sont 59% à déclarer souhaiter davantage d’information sur l’origine des produits bio. Ils sont  54 % à vouloir en savoir plus sur le mode de production et 52 % sur les contrôles.

De leur côté, les consommateurs de bio sont très attachés à l’origine des produits bio. Ils sont ainsi plus de 9 sur 10 à porter attention à la mention du pays d’origine sur les produits bio.

Une image positive de la bio

S’estimant à 54% « bien informés » sur la bio, les Français en ont une image très positive.

86% d’entre eux  estiment que la bio contribue à préserver l’environnement, la qualité des sols, les ressources en eau et 83% qu’elle fournit des produits plus naturels car cultivés sans produits chimiques de synthèse. 80 % estiment qu’ils sont meilleurs pour la santé.

Les Français sont de plus en plus nombreux à connaître les logos AB et européens. Selon le

baromètre  Agence  Bio/CSA 2012,  le logo AB atteint un taux de notoriété de 93%, score

remarquablement élevé.

Après seulement 3 ans d’existence, le logo européen obtient déjà un taux de notoriété de 42%  contre 13% en 2010.

La demande de bio en progression

Les Français sont de plus en plus nombreux à souhaiter manger bio au-delà de chez eux. Les parents notamment sont très demandeurs de bio : 75% d’entre-deux voudraient que leurs enfants se voient proposer des produits bio à l’école et les actifs sont 59% à en souhaiter dans le cadre professionnel (53% en 2011).

66 % des Français souhaitent des repas intégrant de la bio dans les hôpitaux (62 % en 2011), 63 % dans les maisons de retraite, 63 % dans les centres de vacances, 58 % dans les restaurants.

Les principales motivations : la santé pour soi, ses proches, ses enfants (90 %) et la sécurité (87 %), la qualité et le goût (87 %), la préservation de l’environnement (84 %), le bien-être animal (72 %), les raisons éthiques (56 %)

Les produits frais, porte d’entrée

Un tiers des consommateurs de bio (34 %) ont démarré en achetant des légumes et fruits puis des produits laitiers (16 %, suivis de l’épicerie (12 %), des œufs (10 %), du pain (8 %). 14 % des Français n’achètent que des œufs bio.

Les consommateurs bio sont des zappeurs : d’après le nouveau baromètre Agence Bio/CSA 2012, ils s’orientent vers les circuits de vente généralistes : 80 % d’entre eux achètent désormais des produits bio en GMS (contre 65 % en 2011). Les marchés perdent du terrain (32 % des consommateurs déclarent s’y approvisionner contre 43 % en 2011), tandis que l’achat à la ferme (26 %), en magasins spécialisés (25 %) et chez les artisans (23 %) se maintiennent.

Un bon rapport qualité/prix

Selon le 10e baromètre, plus on mange bio, plus on estime que leur rapport qualité/prix est bon. Ainsi, si 61 % des consommateurs bio jugent ce rapport satisfaisant, ce taux atteint 63 % s’ils en achètent régulièrement, et 69 % pour les « Bio-quotidiens ».

D’après l’enquête, 41 % des Français estiment normal de payer plus cher un produit bio (contre 36 % en 2011). « On constate que  le prix n’est pas un frein au développement de fond », commente Elisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio.

Car s’alimenter bio entraîne une modification des habitudes : 39 % des consommateurs disent avoir changé leurs habitudes d’achat, leur comportement alimentaire ou culinaire (contre 36 % en 2011).

Ces changements portent sur les achats de saison, la réduction des pertes et du gaspillage, une part plus importante accordée aux produits frais.

Cette dynamique de la bio s’inscrit dans une vraie tendance de fond, qui va bien au-delà des produits alimentaires : comme le montre le 10e baromètre Agence Bio / CSA, les achats de produits biologiques autres qu’alimentaires augmentent : 1 Français sur 2 déclare en acheter (49%) contre 44% en 2011.

(1] Taux de pénétration de la Bio chez les Français

(2) Baromètre Agence Bio/CSA 2012 : 10e vague de l’enquête quantitative en face à face à domicile menée du 20 au 26 novembre 2012 auprès d’un échantillon de 1010 personnes représentatif de la population française (en terme de sexe, âge -15 ans et plus -, catégorie socio-professionnelle, région et taille d’agglomération).

(3) « Importés » : au sens courant, y compris échanges intra-européens

Pour en savoir plus

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.