Croissance de la vigne et absorption de l’azote

Il est primordial de maintenir un feuillage actif tard en saison. Si on enlève les feuilles après les vendanges, on peut perdre 30 à 35 % des réserves d’azote dans le bois.” ((© CRF)

Chercheur à l’Inra de Bordeaux, Jean-Pascal Goutouly rappelle quelques fondamentaux sur les liens entre la physiologie de la vigne et l’assimilation d’azote.

« Le moteur de tout, c’est la photosynthèse, pas l’azote, insiste Jean-Pascal Goutouly lors d’une conférence au salon Tech&Bio, le 20 septembre 2017, à Bourg-lès-Valence. Ce n’est pas parce que l’on trouve de l’azote dans le sol que la plante peut l’assimiler.” En effet, l’absorption d’azote est un mécanisme qui nécessite de l’énergie, et donc une exportation de sucres vers les racines. “La vigne en est capable, uniquement lorsque sa surface foliaire est assez installée. C’est donc seulement à partir du stade 3-5 feuilles étalées, que les racines peuvent commencer à absorber l’azote.” Inutile donc, de rendre l’azote disponible avant ce stade.

Constituer les stocks
L’azote atteint son pic d’absorption après la fl oraison, lors de l’installation maximale de la surface foliaire, souvent en juillet. “À la véraison, tout le carbone est conduit vers les baies de raisin. Il n’est donc plus disponible au niveau des racines, ce qui limite l’absorption d’azote.” En revanche, après la récolte, les racines se remettent au travail. Une réserve d’azote se constitue alors, nécessaire au débourrement de l’année suivante. “Il est primordial de maintenir un feuillage actif tard en saison. Si on enlève les feuilles après les vendanges, on peut perdre 30 à 35 % des réserves d’azote dans le bois.

Des années imbriquées
Rappelons aussi que le rendement est élaboré sur deux ans. “90 % du rendement est dû au nombre de grappes et au nombre de baies par grappe. Or, ces quantités sont défi nies dans les bourgeons dormants de l’année n-1, lors de la différenciation des inflorescences de mai à août.” Ainsi, un stress nutritionnel au printemps ou en début d’été de l’année n-1 aura des conséquences sur le rendement de l’année n. “Sans oublier que l’azote stocké l’année n-1 après la récolte, participe aussi à la fl oraison de l’année n.

Frédérique Rose

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.