Le futur moulin, d’une capacité d’écrasement à l’ouverture de 20 000 t, nécessitera 15 000 t de blés bio régionaux supplémentaires, soit 45 000 ha à convertir en bio. Pour répondre à un marché en

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.