Culti’Track de Terrateck

“Son intérêt est l’ultra polyvalence, ce qui permet de relativiser l’investissement”, assure Pierre Soudan (à gauche sur la photo), co-concepteur du Cultitrack.

“Son intérêt est l’ultra polyvalence, ce qui permet de relativiser l’investissement”, assure Pierre Soudan (à gauche sur la photo), co-concepteur du Culti’Track.

Le Culti’Track, présenté au dernier Tech et Bio en septembre (voir Biofil 90) puis en octobre au salon La Terre est notre métier (1) sera disponible à la vente dès janvier au Sival. Fabriqué en région nantaise, ce porteur multi-usage peut servir du semis à la post-récolte avec une kyrielle d’outils. “Son intérêt est l’ultra polyvalence, ce qui permet de relativiser l’investissement”, assure Pierre Soudan (à gauche sur la photo), son co-concepteur, précisant que ce matériel a été imaginé aussi pour l’achat groupé (son prix oscille de 20 000 à 25 000 euros). Ses réglages sont modifiables très facilement.

Terrateck n’a pas oublié les tout petits budgets en concevant d’autres outils tels que les houes maraîchères, multifonction elles aussi, en simple ou double roues. Ces “pousse-pousse”, pensés ergonomiques pour limiter au maximum la pénibilité, peuvent être équipés d’outils dédiés ; un disque butteur, une herse étrille ou encore un rouleau à dents brise mottes. Pour une houe simple, comptez 222 euros HT ou jusqu’à 400 euros “pour la Rolls de la houe”. Terrateck a également mis au point des cannes à planter ou plantoir (photo), ainsi que Roto’Bine, un outil monté sur tracteur pour désherber entre les rangs. Pour affiner sa panoplie, cette petite entreprise du Pas-de-Calais a noué des partenariats avec Kress et Ebra. Elle est aussi l’importateur de l’écimeuse suédoise Combcut (Biofil 89).

www.terrateck.com

Frédéric Ripoche

(1) Terrateck y recevait en 2012 un prix Innova’Bio pour son activité.

Plantoir

Plantoir

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.