Deux nouveaux dynamiseurs

Le Cosmophore : fibre de verre, forme ovoïde 

biodynamie, dynamiseurDominique Massenot, conseiller et formateur indépendant, a travaillé pendant plus de deux ans sur une nouvelle forme de dynamiseur : aujourd’hui mis au point, le Cosmophore est commercialisé depuis l’été 2013. Tout en fibre de verre, il est de forme ovoïde : “Je me suis inspiré des travaux de Schauberger sur l’eau : la dynamisation dans un récipient en forme d’œuf donne une plus grande complexité dans les vortex.” L’entraînement se fait par le bas, par une pâle triple en résine. Quant au choix du matériau, indique le conseiller, “je voulais qu’il soit tout à fait neutre, avec le moins de métal possible, à cause des charges électriques et des champs magnétiques. Quand je suis parti sur l’œuf, j’ai fait des essais avec des petites cuves en différents matériaux, et j’en ai vérifié à chaque fois l’effet, avec des cristallisations sensibles.” Le plastique donnait les moins bons résultats, l’inox des résultats moyens, et en fibre de verre, c’était aussi bon que le cuivre. “Et il se trouve que la fibre de verre est moins chère que le cuivre, qu’elle ne nécessite aucun entretien une fois vide.” Le Cosmophore est équipé d’un système de temporisation fixe pour le changement de sens du vortex, “parce qu’ainsi, l’utilisateur peut changer le niveau de remplissage, selon ses besoins, pour dynamiser entre 100 et 350 litres.” Si ce dynamiseur n’a pas encore été testé sur le terrain sur une année entière, les cristallisations sensibles montrent, pour Dominique Massenot, qu’il “donne une bonne qualité de dynamisation”. Et le conseiller poursuit ses tests, sur d’autres formes de vortex.

Les cristallisations sensibles ayant permis d’aboutir au Cosmophore ont été réalisées par Margarethe Chapelle, du laboratoire Oenocristal. Le dynamiseur est fabriqué par la société CMFP dirigée par Antoine Costa.

Son prix indicatif : 2 500 € HT.

www.amisol.fr

www.cosmophore.com

www.oenocristal.com

 

Le Din Mak : tout inox, avec système sensible

Montserrat Martinez, agronome et arboricultrice (oliviers) en biodynamie en Espagne, a présenté au Sitevi, à Montpellier, un dynamiseur qu’elle a elle-même conçu, et qui est commercialisé depuis un an et demi par l’entreprise Makato. Le Din Mak est tout en inox, “un matériau moins cher que le cuivre, explique-t-elle. Nous projetons de fabriquer un modèle avec l’intérieur en cuivre, pour que chacun puisse trouver le matériel qu’il souhaite.” Deux formats sont proposés : l’un à 250 litres pour dynamiser 150 litres d’eau, l’autre à 600 litres pour dynamiser 300 litres. Les pales intérieures, également en inox, entraînent l’eau par le haut, le fond est conique, et un capteur de niveau est incorporé pour l’automatisation du changement de direction du vortex.

Elle a également présenté le Nerthus C, une machine pour la pulvérisation des préparations biodynamiques, équipée de deux circuits, l’un pour la bouse de corne, l’autre pour la silice.

Prix indicatifs : 2 800 € pour le Din Mak, 4 800 € pour le Nerthus-C.

export@makato.es

 

=> Son partenaire, également espagnol, Dreiskel, a quant à lui présenté une caisse pour la conservation des préparations biodynamiques.

www.dreiskel.com

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.