Désherbage mécanique : « la cerise sur le gateau » ?

Olivier Bouilloux, référent technique Grandes cultures au Sedarb, donne un avis quelque peu iconoclaste sur un débat d’actualité qui intéresse aujourd’hui beaucoup de céréaliers :

Faut-il miser davantage sur la technologie en grandes cultures bio ?

 O. Bouilloux : Les outils de désherbage mécanique ne sont que la “cerise sur le gâteau”. Ils ne doivent pas prendre plus de place que cela dans la réflexion sur l’optimisation du système céréalier bio. Mes collègues en Chambre d’agriculture et moi-même avons conduit, sous différents angles, un travail de longue durée sur ce thème et nos conclusions convergent : les marges de progrès pour améliorer la rentabilité et la compétitivité des systèmes céréaliers bio résident beaucoup plus dans la robustesse des rotations mises en place, l’optimisation du positionnement des cultures par rapport à l’historique de la parcelle, la bonne préparation des semis à une date bien adaptée au climat de l’année, la cohérence des choix culturaux avec les sols, les pratiques de fertilisation et le choix des opérateurs à qui l’on vend…  (…)

Retrouvez l’intégralité de cet article en lisant Biofil n° 87.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.