Semences potagères : la filière prend de la graine

Stratégiques pour l’agriculture, les semences constituent un secteur sensible. En potagères fines, malgré une gamme variétale bio proposée par les semenciers en nette progression, le recours aux dérogations pour l’usage de semences non traitées a bondi de 30 % en 2009, alors qu’il était déjà fort les années précédentes. Un souci pour la filière.

Le cahier des charges est clair : en production bio, le règlement (CE) 889/2008 impose que les végétaux cultivés en bio soient issus de semences ou de matériels de reproduction végétative “dont la plante mère, dans le cas des semences, et la ou les plantes parentales, dans le cas du matériel de reproduction végétative, ont été produites sans utiliser d’organismes génétiquement modifiés et/ou de tout produit dérivé desdits organismes, et selon la méthode de production bio sur des parcelles déjà converties pendant au moins une génération ou, s’il s’agit de cultures pérennes, deux périodes de végétation”. Pourtant, pour pallier au manque de disponibilité en semences bio et accompagner la construction de la filière, l’article 45 de ce règlement prévoit une dérogation en vertu de laquelle les États membres peuvent autoriser l’usage, en production bio, de semences et de matériels de reproduction végétative non bio. À condition bien sûr que ces semences n’aient pas reçu de traitement chimique. C’est ce qu’on appelle les semences non traitées, même si les porte-graine l’ont été bien sûr au cours du cycle de production.

Un site pour gérer les dérogations

(…)

Lisez la suite de l’article en commandant le numéro papier de Biofil N°67

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.