Semis direct sous couvert : une quête du Graal semée d’embûches

Encore très confidentiel en bio, le semis direct sous couvert (SDSC) tente de plus en plus d’agriculteurs. Souvent considéré comme la pratique la plus aboutie d’un point de vue agronomique, le SDSC reste délicat à mettre en œuvre. Témoignages de praticiens innovants rencontrés par Biofil.

Philippe Betton, en Mayenne 

« L'achat d'un semoir Eco-Dyn en Cuma a été déterminant pour m'inciter à me lancer dans le semis direct sous couvert », explique Philippe Betton.

« L’achat d’un semoir Eco-Dyn en Cuma a été déterminant pour m’inciter à me lancer dans le semis direct sous couvert », explique Philippe Betton.

Pour alimenter son élevage de porcs en système naisseur-engraisseur, Philippe Beton, installé à Sacé conduit, outre des prairies temporaires, une cinquantaine d’hectares de cultures : triticale-pois, orge d’hiver…

Ce sujet vous intéresse ?

Venez lire la suite de l’article en vous abonnant ou en achetant le Biofil n°96

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.