Fermoscopie au Gaec de la Vergnaie, en Vendée

À Sainte-Hermine, dans le sud de la Vendée, le Gaec de la Vergnaie conduit ses cultures de blé, maïs et légumes avec l’objectif de dégager un produit brut supérieur à 2 000 euros par hectare.

Jean-Pierre Coulon et Johan Lejeau ont adopté une technique culturale résolument pointue avec rotation courte, recours systématique à l’irrigation et à des achats extérieurs de fertilisants.

Jean-Pierre Coulon et Johan Lejeau ont adopté une technique culturale résolument pointue avec rotation courte, recours systématique à l’irrigation et à des achats extérieurs de fertilisants.

Constitué de deux associés, Jean-Pierre Coulon, 51 ans, et Johan Lejeau, 38 ans, le Gaec de la Vergnaie exploite 187 ha en zone de plaine dont 40 ha en début de conversion. Composées de sols argilo-calcaires pouvant comporter jusqu’à 45 % d’argile (avec un minimum de 20-21 %) les terres, certifiées bio depuis 1999 et 2000, sont plus ou moins profondes et parfois caillouteuses.

Une conduite technique poussée

Afin de couvrir d’importantes charges de structure, estimées à 1000 euros par ha…

Ce sujet vous intéresse ?

Venez lire la suite de l’article dans Biofil n°91

[product id= »43″]

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.