Santé des ruminants : avoir l’œil avec Obsalim

Créé par le vétérinaire Bruno Giboudeau, Obsalim est une méthode d’observation du troupeau pour décrypter d’éventuels déséquilibres alimentaires et revoir la ration.

Cet élevage bio en période de transition alimentaire a manqué de ration énergique lente (poils dressés sur l’échine, cou affaissé…) face à une herbe pâturée riche en azote. “Les vaches soufflent beaucoup pour éliminer l’urée par les voies respiratoires”, constate Marine Lemasson. (crédit photo : F. Ripoche)

Cet élevage bio en période de transition alimentaire a manqué de ration énergique lente (poils dressés sur l’échine, cou affaissé…) face à une herbe pâturée riche en azote. “Les vaches soufflent beaucoup pour éliminer l’urée par les voies respiratoires”, constate Marine Lemasson. (crédit photo : F. Ripoche)

“Le plombier, c’est vous, mais comment marche la tuyauterie, d’où vient la fuite, le savez-vous ?”. Par ces images, Marine Lemasson introduit le processus de rumination et les risques de désordres alimentaires de la vache devant un parterre d’étudiants. Cette ingénieur-conseil en agriculture biologique et durable, formatrice agréée Obsalim, poursuit son exposé au champ au sein d’un élevage bovin lait bio d’Ille-et-Vilaine. Pour Bruno Giboudeau, les enjeux de la méthode Obsalim sont en parfaite adéquation avec les exigences d’autonomie et de santé recherchées par les éleveurs de ruminants bio, moutons, chèvres et bovins…

Lire la suite dans Biofil n°105 (mai-juin 2016).

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.