Réussite de la 1re édition du Rendez-vous Élevage Tech&Bio en Bourgogne-Franche Comté

(crédit A. Fitamant)

Malgré la crise sanitaire, le pari est gagné. Les 9 et 10 septembre, les agriculteurs francs-comtois et des zones limitrophes sont venus découvrir la 1re édition du salon Tech&Bio Élevage, organisé à Villers-Pater en Haute-Saône. Déclinaison régionale du salon national et européen de Bourg-lès-Valence, prévu l’an prochain, ce Tech&Bio Élevage a attiré plus de 3 000 visiteurs sur la ferme d’Argirey, un gaec de quatre associés.

C’est un succès pour cet événement professionnel bio en plein-air, une première dans cette région, et en préparation depuis un an et demi. La tension était à son comble pour les organisateurs, qui se réjouissent d’avoir réussi à le maintenir. « Nous présentons une mine d’infos, cela aurait été dommage de tout annuler », estime Gérard Pichot, éleveur bio et président du comité régional d’orientation agriculture biologique. « Le bilan est très positif, confirme Élodie Fayel, chargée de mission bio à la chambre régionale. Le nombre de visiteurs a dépassé nos objectifs. » Mickaël Grévillot, conseiller bio à la chambre d’agriculture Haute-Saône, est « convaincu que ces rencontres vont bénéficier au développement des projets ».

 

Concours de l’Étable rentable : coup de projecteur

Sur le site de 3 hectares, 110 exposants sont présents – certains venus suite aux annulations des autres salons Élevage de la rentrée. La chambre d’agriculture de Franche-Comté a réuni 150 intervenants et 43 structures partenaires dans des conférences, ateliers, une table ronde, démonstrations… Le concours de l’Étable rentable résume bien l’esprit de l’événement. « Plus encore qu’un gagnant, nous voulions montrer au public qu’en bio, on est capable d’avoir des élevages très techniques avec des résultats hyper intéressants et des systèmes rentables. La bio, ce n’est pas juste un cahier des charges et un prix du lait », rappelle Mickaël Grévillot, à l’origine de l’idée de ce concours. Parmi les trois lauréats dans les départements les plus laitiers, Jura, Doubs et Haut-de-Saône, c’est Laurent Dodane, éleveur à Marlow (Haut-de-Saône) qui se voit décerner la palme régionale.

F. Ripoche

 

(Suite et compte-rendu dans Biofil 131 et 132)

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.