Parasitisme en petits ruminants : les pistes naturelles pour éviter l’allopathie

Si le recours aux antiparasitaires est autorisé sous conditions, d’autres voies peuvent maintenir l’équilibre sanitaire et économique des troupeaux ovins et caprins.

Tous les intervenants de ce dossier le disent, seules des pratiques d’élevages adaptées maintiennent cet équilibre. En tenant compte d’un ensemble de préceptes, quelles sont les impacts des traitements tels que l’homéopathie, la phytothérapie ou l’aromathérapie dans la gestion du parasitisme ? Peuvent-ils éviter le recours à l’allopathie ? L’usage traditionnel des plantes dans l’alimentation et la santé n’est plus à démontrer. Pour en savoir plus, voici les avis de spécialistes : Olivier Patout, vétérinaire à l’Avem, Christel Nayet, conseillère caprin à la Chambre d’agriculture de la Drôme, Denis Fric, vétérinaire du GIE Zone Verte, et Jean-Louis Meurot, éleveur ovin. 

Olivier Patout, vétérinaire à l’Avem, Association Vétérinaires Éleveurs du Millavois

Olivier Patout, vétérinaire à l'Avem.

Olivier Patout, vétérinaire à l’Avem.

 « Ne pas chercher à substituer la chimie par un produit à base de plante »

 

Ce sujet vous intéresse ?

Venez lire la suite de l’article en vous abonnant ou en achetant le Biofil n°96

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.