Brebis laitières : l’importance de la génétique

À Severac-le-Château, en Aveyron, Xavier Aigoui conduit un troupeau de 860 brebis Lacaune. Habitué aux importants cheptels, il nous confie les clés de sa réussite. Pour un élevage rentable, durable et un lait de qualité, voici son point de vue.

pa Par quoi passe la rentabilité de votre élevage ?

L’autonomie alimentaire. Je suis autosuffisant en céréales et fais sécher le foin au soleil. L’alimentation est un poste-clé à double titre. Car de la qualité du lait découle la rentabilité de l’élevage. Plus le lait est riche en taux butyreux et protéique, mieux il est payé. Actuellement, notre taux de Matière sèche utile (MSU) est de 127 (Taux Butyreux : 75 ; Taux Protéique : 52).

 Comment expliquez-vous cette qualité ?

Par l’alimentation et le travail génétique. Les brebis pâturent 8 mois/an ; elles sont nourries essentiellement au foin et reçoivent un peu de tourteau de soja dont l’apport azoté augmente un tantinet leur production.

(…)

Retrouvez l’intégralité de cet article en lisant Biofil 85.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.