Michel Blin, multiplicateur de semences de chanvre : Pour une double valorisation

L’un des quatre agriculteurs français à multiplier du chanvre biologique est installé à Châteaubourg en Ille-et-Vilaine. Michel Blin en cultive depuis 2005, sur 6 à 10 ha tous les ans.

Michel Blin de Châteaubourg, en Ille-et-Vilaine, multiplie entre 6 et 10 ha de chanvre biologique tous les ans. Il apprécie les qualités agronomiques du chanvre et sa double valorisation, en graines et paille.

Quelles sont les raisons de ce choix de production ?

Je suis venu à la semence de chanvre un peu par hasard. Au départ, je voulais introduire une culture de printemps dans ma rotation, de plus les atouts agronomiques du chanvre ainsi que son intérêt en éco-construction m’ont séduit. Enfin, c’est un excellent précédent à blé.

Quels sont les aspects les plus importants de la réussite de cette culture ?

Le choix du précédent est important, ainsi le chanvre vient très bien après un retournement de prairie. Sinon, il faut impérativement semer le chanvre dans une terre réchauffée pour favoriser un démarrage rapide et éviter les fontes de semis. Pour ma part, je sème la variété Fedora 17, la seule multipliée en bio, à 50 kg par ha soit entre 250 g et 300 g par m2, dans la première décade de mai après un labour et plusieurs faux-semis. Ensuite, il n’y a plus d’intervention car la plante est très étouffante si la levée est rapide. À la récolte, on moissonne d’abord la graine, le chènevis, avec une machine dont la coupe est relevée au maximum. Elle est ensuite ventilée et séchée à façon chez un agriculteur voisin, dans les 24 heures pour qu’elle garde sa faculté germinative, puis acheminée à Beaufort-en-Vallée pour y être triée.

Quant à la paille, elle est fauchée avec une faucheuse à section à double lames, andainée, puis pressée en round ballers de 250 kg, après un séchage de quelques jours au champ.

(…)

Retrouvez l’intégralité de l’article et du dossier dans Biofil N° 70– Mai-Juin 2010

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.