RéfAB, un référentiel innovant

Évaluer la performance des systèmes bio

Le projet RéfAB, destiné à concevoir une méthode de production de référence en bio à l’échelle des systèmes agricoles, est achevé. Basé sur les trois piliers de la durabilité chère à la bio – économique, environnemental et social – qu’il croise avec les spécificités de ce mode de production, cet outil est innovant et évolutif.

Céline Cresson est désormais chargée de mission scientifique et réseau à l’Itab.

Céline Cresson est désormais chargée de mission scientifique et réseau à l’Itab.

En fait, il s’agit d’un cadre méthodologique qui vise à améliorer la production de références des systèmes bio, et ainsi les situer plus justement, à identifier leurs forces, leurs faiblesses, leurs marges de progression et à les faire évoluer dans l’esprit de la bio”, explique Céline Cresson, co-animatrice de ce projet Casdar dans le cadre du RMT DévAB – Réseau Mixte Technologique pour le Développement de l’Agriculture Biologique. Fruit de 3 années de travail collectif, ce référentiel a mobilisé de nombreux partenaires (voir ci-dessous), sous l’égide de Laetitia Fourrié (Itab, chef de projet) et de Florence Letailleur (Chambre Régionale d’Agriculture des Pays-de-la-Loire, chef de file).

Cet outil innovant répond à un besoin concret d’évaluer les performances des exploitations bio. Son originalité ? Il est centré sur les principes et les propriétés de la bio. “Il n’existait pas de référentiel spécifique à ce mode de production. La méthode Idea par exemple, mesurant la durabilité des exploitations agricoles, ne prend pas en compte certains paramètres qui font partie de la démarche bio, précise Céline Cresson. RéfAB a été construit de manière à ce qu’il soit partagé par les différents filières et acteurs, dans un souci d’approche transversale de systèmes bio.”

Les 5 principes de la bio

Pour caractériser leur durabilité, ce référentiel est structuré à partir des 3 grands piliers de la durabilité croisés avec les cinq grands “attributs” de l’agriculture biologique :

– l’autonomie : de décision, technique, en intrants, de vente, économique…

– la diversité : productions, activités, circuits de vente, écosystèmes, pratiques, réseaux, humaine…

– la résilience : capacité d’un système de production à s’adapter aux fluctuations et à supporter les perturbations, à se prémunir contre les risques et à les anticiper si possible.

– l’équité : capacité à contribuer à une société plus juste socialement (avec les acteurs économiques, les générations futures, les animaux…)

– l’écologie : la capacité à respecter et à valoriser les cycles naturels et les écosystèmes.

Cet outil est d’autant plus pertinent qu’il permet le passage d’une approche statique à une approche dynamique, dans un contexte d’incertitudes liées aux changements climatique ou économique, souligne Céline Cresson. RéfAB reconsidère la durabilité en introduisant d’autres aspects, comme le principe de résilience, c’est-à-dire d’adaptabilité, essentiel pour perdurer.

L’interprétation des résultats n’apporte pas de diagnostic : “les tableaux donnent une approche compréhensive, qui doit être ensuite interprétée selon les priorités de l’agriculteur et les enjeux territoriaux”. C’est un outil d’aide à la décision et à une démarche de progrès que les producteurs et les conseillers doivent s’approprier.

Christine Rivry-Fournier

Catégories de critères et indicateurs du référentiel AB et nombre d’indicateurs associés à chaque propriété

Durabilité

Propriétés de l’agriculture bio

Critères Résilience

(66)

Autonomie

(39)

Diversité

(19)

Equité

(64)

Ecologie

(53)

Caractérisation du système (4)

4

2

Social (45)

25

5

4

22

3

Économie (28)

18

16

6

10

4

Environnement (58)

19

17

9

32

46

Les chiffres correspondent au nombre d’indicateurs par type de critères.

 

Pour collecter les données, un questionnaire d’enquête accompagné d’un guide d’entretien a été réalisé. Il constitue un outil opérationnel pour recueillir les données nécessaires au calcul des indicateurs du référentiel.

– Le manuel d’utilisation est téléchargeable et utilisable, avec les modèles de 9 fermes passées au crible www.devab.org

 

De nombreux partenaires

Ce projet est le fruit d’un travail collectif qui a associé les partenaires suivants : Chambres d’agriculture de Bretagne, Centre, Midi-Pyrénées, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, Vaucluse, Drôme, l’INRA et l’ISARA-Lyon, Instituts techniques  (Itab, ACTA, Institut de l’Élevage, Arvalis – Institut du végétal, IFV, IFPC) et les associations bio : Agrobio Poitou-Charentes, Bio Centre, Grab, Grab Basse Normandie, Formabio (dont lycées de Suscinio, Limoges et St Affrique), Fnab, Initiative Bio Bretagne et le Pôle Scientifique AB Massif Central.

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.