Les bénéfices santé de la bio selon Nutrinet

Denis Lairon

Denis Lairon est directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Il est l’un des rares scientifiques à s’être intéressé de près à l’agriculture biologique.

Qui sont les consommateurs bio ?

Leur style de vie, leurs états de santé ? Peu d’études existent. Une première, le programme NutriNet-Santé, piloté par l’Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle Inserm – Inra-Cnam – Université Paris 13, s’est penché de près sur la question. Plus de 54 000 internautes y participent. Premier constat : les consommateurs réguliers de bio ont un niveau d’éducation plus élevé, et sont physiquement plus actifs ; pour autant, en dépit des idées reçues, leurs revenus sont globalement comparables aux consommateurs non-bio. Leurs choix alimentaires tendent plus vers des produits végétaux et peu raffinés : plus de fruits, de légumes, de légumes secs, de fruits à coque, d’huiles végétales, de céréales complètes, moins de boissons sucrées ou alcoolisées, de charcuteries, de lait et de fastfoods. “Leur alimentation globale se rapproche davantage des recommandations du Plan national nutrition et santé, le PNNS”, indique Denis Lairon, professeur émérite à l’Inserm, qui travaille en lien avec le professeur Serge Hercberg, coordinateur national de l’étude Nutrinet-santé. En outre, bio et non bio ont des apports caloriques moyens journaliers identiques, mais pour les bio, les taux sont supérieurs en vitamines et minéraux (+10 à 20 %), acides gras oméga 3 (+20 %) et fibres (+27 %). Enfin, les bio ont une moindre probabilité d’être en surpoids ou d’être obèses. L’étude se poursuit, pour en savoir encore plus….

www.etude-nutrinet-sante.fr

Abonnez-vous !

[product id= »2″]

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.