Relocaliser l’emploi saisonnier

Centre-Val de Loire

Le Jardin de Cocagne répond à la charte, signée dans le Loir-et-Cher, visant à “proposer des solutions alternatives à la prestation internationale de services en relocalisant la main-d’oeuvre locale”. (crédit : Jardin de cocagne Blois)

Le Jardin de Cocagne de Blois (Loir-et-Cher) est à l’initiative d’une journée d’échanges sur le thème de l’emploi saisonnier agricole. Cette rencontre, organisée le 17 juillet par le Réseau Cocagne, s’inscrit dans le cadre du programme Territoires d’innovations sociales. Il s’agit de mettre en avant les initiatives locales des différents Jardins de l’Hexagone « pour inspirer les politiques publiques, tant à l’échelle nationale que territoriale », souligne Dominique Hays, président du réseau.

Création d’unités mobiles
Deux projets novateurs sont présentés : les unités mobiles d’insertion et l’écopôle alimentaire. « Notre département subit des tensions au niveau de l’emploi agricole depuis de nombreuses années, explique Valérie Hanon, directrice du Jardin de Cocagne de Blois et administratrice du réseau. Cela concerne notamment l’emploi détaché et ses abus désormais bien identifiés. » L’idée d’une plateforme d’emploi agricole prend tournure. La formule a déjà été expérimentée il y a une dizaine d’années. Son objectif : « redéployer l’emploi agricole local auprès des différents métiers que compte le département, viticulture, maraîchage, légumes de plein champ et cultures spécialisées, notamment la fraise. » L’ensemble de ces productions offre du travail tout au long de l’année. Ainsi, le Jardin de Cocagne de Blois avait-il organisé à titre expérimental, une unité mobile de travailleurs pour répondre aux besoins des agriculteurs du territoire. Malgré ses résultats probants, l’expérimentation avait tourné court : « Nous n’étions pas alors identifiés comme des acteurs du secteur agricole, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui », précise Valérie Hanon.

Multiples atouts
Le projet des unités mobiles est relancé, avec le soutien de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) et des instances locales. La plateforme d’insertion s’adresse aux agriculteurs du Loir-et-Cher qui recourent massivement aux travailleurs détachés, avec 10 000 contrats signés chaque année, soit 850 ETP (source Direccte).
Cette action présente des atouts. Côté agriculteur, elle répond aux difficultés pour recruter des saisonniers. La prestation de service sera définie, et les employeurs n’auront pas à se soucier de l’organisation et du suivi du travail, ni du paiement des salaires : l’équipe qui intervient est composée de travailleurs formés, encadrés et véhiculés par la structure d’insertion. Côté salariés, le travail sera proposé tout au long de l’année, à temps plein ou partiel selon les cas, d’abord en CDD puis à terme en CDI. Ce système favorise la création d’emplois stables, durables, auxquels les personnes en recherche de travail n’auraient pas accès individuellement pour diverses raisons, la mobilité notamment.

Lancement d’un écopôle
« Grâce à cette plateforme, nous pouvons proposer aux salariés un accompagnement dans la durée, vers l’autonomie et la stabilité. » C’est également l’objectif du second projet en cours d’élaboration par le Jardin de Cocagne de Blois : la création d’un écopôle agricole, sur le terrain de 8 hectares tout juste légué à la structure d’insertion, et jouxtant les terres déjà cultivées par la structure. « Il s’agit d’accompagner des personnes productives, en capacité et en désir de travailler mais qui ne sont pas autonomes. Les moyens seront mutualisés – irrigation, serres, matériel –, explique Valérie Hanon. Nous étudions, avec les collectivités locales, les moyens d’assurer des débouchés aux productions bio de l’écopôle, notamment pour la restauration collective. ». Ce projet devrait voir le jour courant 2020.

Annie Rigault

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.