L’ ananas bio de La Réunion cherche ses marques

Les attentes des producteurs sont fortes pour mieux maîtriser la culture de l’ananas bio et plus globalement développer des pratiques agro-écologiques. (crédit photo : Armefhlor)

Les attentes des producteurs sont fortes pour mieux maîtriser la culture de l’ananas bio et plus globalement développer des pratiques agro-écologiques. (crédit photo : Armefhlor)

“Le Queen Victoria, c’est notre image de marque, qu’on soit en conventionnel ou bio”, affirme Gaëlle Tisserand, responsable du Pôle agriculture biologique à l’Armeflhor, association réunionnaise pour la modernisation de l’économie fruitière. Production emblématique de l’île de La Réunion, l’ananas Victoria, pour le marché local et l’export, arrive en tête des fruits produits ici. On recense 175 producteurs et 16 000 tonnes d’ananas récoltés par an sur 360 ha, mais pas de précision sur le volume bio. “La culture d’ananas bio est encore infime, souvent cantonnée au sein de petites exploitations diversifiées.” Acquérir de nouvelles références est le but du Casdar AnanaBio …

Lire la suite dans le Biofil n°104 (mars-avril 2016).

Tags

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.