Sélection variétale de blé tendre, deux variétés bientôt au catalogue français

Testées pour la première fois en conditions de production biologique, deux variétés de blé tendre, Hendrix et Skerzzo, sont en cours d’inscription au catalogue français, ouvrant la voie à leur commercialisation pour les semis 2012.

La sélection variétale de blés adaptés à la bio réalisée par l’Inra cherche à obtenir des variétés alliant qualité à basse teneur en protéines, rendement, précocité, résistance à la verse et fort pouvoir couvrant.

Fin octobre, le CTPS (1) a proposé au ministère de l’Agriculture l’inscription au catalogue officiel français de deux lignées pures issues du programme de sélection “Blés économes en intrants”, appelé aussi “Blés en production intégrée” (lire Biofil n°61). “Cette inscription est une première à double titre, se félicite Bernard Rolland, chercheur à l’Inra au Rheu près de Rennes et engagé depuis plus de 10 ans dans la sélection de blés adaptés à la bio. D’une part parce qu’elle valide le savoir-faire expérimental de la filière agriculture biologique sur lequel certains ont parfois eu des doutes mais aussi parce qu’à côté des essais réglementaires classiques menés par le CTPS, les deux lignées ont été évaluées, à notre demande, dans des conditions de production de l’agriculture bio, c’est-à-dire sur des parcelles mises à disposition par des agriculteurs bio. Si le CTPS n’avait pas accepté cette double évaluation, elles n’auraient jamais réussi les tests VAT (2)”. “Le travail collectif réalisé par l’Inra et le réseau de criblage variétal de céréales en bio animé par l’Itab a montré toute sa force”, ajoute Laurence Fontaine, responsable de la commission “Grandes cultures” à l’Itab.

Un gain en rendement et en panification

Repérées il y a plusieurs années dans les pépinières de l’Inra, les lignées CF99102 (Skerzzo) et RE04173 (Hendrix) présentent de nombreux intérêts en bio. “Dans les essais bio, elles ont montré une productivité supérieure de 10 à 15 % à celle des témoins Renan et Saturnus, tout en étant panifiables à de faibles taux de protéines”, indique Bernard Rolland. En effet, si elles décrochent en rendement dans les essais CTPS en bio face à Apache, les tests de panification (3) les classent comme BPS (blé panifiable supérieur) alors qu’Apache, avec de faibles teneurs en protéines, est rétrogradé en BAU (blé autres usages). “C’est ce caractère distinctif qui a été déterminant pour obtenir leur inscription au catalogue”, précise Bernard Rolland. (…)

Jean-Martial Poupeau

(1) Comité technique permanent de la sélection.

(2) Valeur agronomique et technologique.

(3) Le test de panification Bipea a servi de référence.

Retrouvez l’intégralité de l’article en lisant Biofil 79.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.