Le boom du local : une réalité à géométrie variable en magasins spécialisés

3 questions à Burkard Schaer, d’Ecozept

Burkard Shaer.

Comment évoluent les produits locaux en magasins spécialisés bio ?
Ils sont devenus incontournables. Notre enquête (1), réalisée par notre cabinet d’étude franco-allemand et diffusée à Natexpo, le confirme. Elle montre que, depuis 2015, les magasins spécialisés portent un intérêt croissant aux produits locaux, très recherchés par les consommateurs. Et ils leur offrent une place et une visibilité supérieures. Ils voient une amélioration sur la qualité, le conditionnement et la perception du prix. 75 % des sondés relèvent une hausse, de 10 % en moyenne, des valeurs des ventes issues du local par rapport à 2018. Toujours en moyenne, le local réalise 16 % du chiffre d’affaires de magasins, dans une fourchette allant d’un à 60 %.

Quels sont les produits les plus attractifs ?
Les plus approvisionnés et vendus sont les légumes, les fruits, les œufs, le pain, les compotes de miel, le vin et la bière, la farine. Les produits animaux, viande et charcuterie, sont plus à la traîne. En fruits et légumes, les contraintes de disponibilités et saisonnalité obligent les magasins parfois à élargir la zone d’approvisionnement. D’ailleurs, la définition du local n’est pas très claire pour tous, la distance moyenne est de 105 km, et la majorité la situe entre 100 et 200 km.

Comment l’offre locale est-elle constituée ?
91 % des magasins enquêtés s’approvisionnent en direct auprès des producteurs pour une partie ou en totalité de leurs offres locales. Un tiers le font aussi auprès des transformateurs, des fabricants, et un autre tiers, auprès des coopératives ou groupements de producteurs. Le reste l’est auprès de grossistes, plateformes ou centrales d’achats proposant aussi des produits locaux. Mais seuls près 13 % des magasins déclarent avoir réaliser des changements pour optimiser leurs approvisionnements, changer de fournisseurs, réorganiser la logistique, l’agencement des rayons, l’étiquetage, la communication… 12 % ne font rien pour valoriser les produits locaux. Ils demandent à être informés sur les producteurs bio de leur territoire, à les rencontrer et échanger… La demande est forte, mais il y a beaucoup à faire en valorisant les produits et le travail des producteurs en magasins.

Propos recueillis par C.R-F

(1) Cette enquête, réalisée en mai-juin 2019, porte sur 106 magasins répartis dans les 12 régions françaises.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.