Un vignoble dans le Jura : le pari de Champ d’Étoiles

Après huit années passées comme conseillers agricoles en Maine-et-Loire, Fabrice et Valérie Closset-Gaziaux décident de faire le grand saut. Leur rêve est devenu réalité début 2008, avec l’achat d’un domaine viticole jurassien de 5 hectares, qu’ils convertissent en bio et en biodynamie. Ils vont signer leur première récolte certifiée en 2010.

Valérie et Fabrice Closset, nouveaux vignerons jurassiens, sont venus présenter leur démarche au salon allemand Biofach à Nuremberg en février.

Ce rêve leur trottait dans la tête depuis des années. Belges d’origine et très attachés à leurs racines agricoles, ils ont tous deux suivi des études d’ingénieurs agro. Leur travail les amène à la Chambre d’agriculture du Maine-et- Loire où, pendant huit ans, ils sont techniciens, elle en viticulture et lui en cultures bio. Déjà, pour assouvir leur passion commune et se faire la main, le couple loue 2,5 ha de vignes. “Nous avions une envie viscérale de nous installer vignerons, de mettre en pratique tous ces conseils que nous émettions au quotidien, parfois sans être entendus, ce qui est très frustrant.” Après quelques recherches, les deux complices ont le coup de foudre pour un domaine qui semble fait pour eux. De taille humaine, d’un prix abordable, idéalement exposé, en un seul bloc, peu pollué aux intrants chimiques, déjà soumis au travail du sol… et situé en appellation contrôlée Côtes du Jura, pas trop éloigné de leur terre natale, et de leurs attaches. “Nous nous sentons ici presque chez nous, par le climat, l’ambiance, la mentalité…” Le domaine est baptisé “Champ d’Étoiles”, un vrai titre de conte de fée mais tout reste à faire. “On nous a vraiment pris pour des fous, car notre vie semblait toute tracée, sans trop de soucis. Aujourd’hui, nous sommes endettés, soumis aux caprices de la météo et du marché.” Mais maîtres à bord !

Retrouvez l’intégralité de l’article dans Biofil N° 70 – Mai-Juin 2010

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.