Les semenciers s’engagent pour stimuler l’offre bio

Les semenciers qui approvisionnent la filière bio n’ont pas tous la même vision de la filière et leurs stratégies diffèrent. Voici quelques approches qui soulignent la complexité et la diversité de ce secteur.

Certains semenciers, très implantés en conventionnel, sélectionnent et multiplient une gamme spéciale bio plus ou moins large, en investissant sur ce secteur depuis quelques années comme Béjo (lire Biofil n°59) ou Gautier ; la société Vitalis, adossée à Enza Zaden, propose quant à elle une gamme 100 % bio ; d’autres restent plus prudents, privilégiant les semences non traitées, comme Clause (lire Biofil n°53) ou Rijk Zwaan France ; d’autres encore, qui se qualifient d’“artisans”, sont spécialisés en semences traditionnelles qu’ils peuvent multiplier, comme Essem Bio, Germinance ou Biaugerme, tout en bio. Enfin, les distributeurs, tels Volz, Agrosemens, ou Ducretet… élargissent une offre ciblée, en bio et non traitées.

Le dynamisme de Vitalis

Hervé de St-Pierre, directeur de Vitalis et d’Enza zadeb France

Au sein de la Commission des semences bio de l’Inao, l’Union française des semenciers est représentée par Hervé de St- Pierre de chez Vitalis et Basile de Bary de chez Clause. En lien avec les autres membres de la Commission, ces experts participent de très près à l’évolution des listes hors dérogation. “Outre que les besoins de l’agriculture bio augmentent, suite aux conversions, l’envolée des chiffres des dérogations prouve que certaines espèces manquent de choix variétal. Mais pas toutes”, précise Hervé de St-Pierre. Vitalis, dirigée par Jan Velma, entrepreneur hollandais très investi dans la multiplication de semences bio depuis 1994, propose une gamme 100 % bio, avec 25 espèces et plus de 120 variétés, qui ne cesse d’innover : en tomate (Fiorentino, Arbason, Perlati), concombre (Dreamliner et Katrina) et poivron (Teseo et Diomède), ainsi qu’en laitues et chicorées de serre et de plein champ (batavia, feuille de chêne, diversifi cation, jeunes pousses, scarole et frisée).

Au bout de ses choix

(…)

Lisez la suite de l’article en commandant le numéro papier de Biofil N°67

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.