Fruits et légumes d’été : une saison sous tension

Les fruits et légumes bio ont connu une saison tendue à cause de la précocité, de maturités regroupées, de problèmes de conservation…

Récoltes précoces et groupées en raison d’un printemps chaud et sec, crise de la bactérie Escherichia coli, météo médiocre en juillet, arrivée de nouveaux volumes bio… Cet été, les fruits et légumes bio ont eu chaud.

Des températures élevées très tôt ce printemps, pas de pluie pendant des mois. Résultat : “Les fruits et légumes ont eu quinze jours à trois semaines d’avance, avance Jean-Luc Charbonneau, directeur de Biogaronne (1), implantée à Port-Sainte-Marie, dans le Lot-et-Garonne. Et en ce début d’automne, ça continue.” En plus de cette précocité, les maturités étaient très souvent regroupées : “On a eu des gros pics de production. Les fortes températures, les systèmes qui ont dû être irrigués, tout cela a entraîné une assez mauvaise conservation des fruits et légumes. Il a fallu vendre très rapidement des gros volumes.” Conséquence : “Cette année, nos producteurs sont payés en moyenne 15 à 20 % moins cher que la saison passée.” Jean-Luc Charbonneau se félicite pourtant d’avoir pu tout écouler. “Je pense, et surtout j’espère, poursuit-il, que les rendements, bien supérieurs cette année, auront en partie compensé la chute des prix.” Quant à la demande, “elle est moins perceptible du fait de l’augmentation de l’offre sur plusieurs bassins de production en France.”

De nombreuses difficultés

“La demande est atone voir à la baisse, annonce quant à lui Henri de Pazzis, président de ProNatura. D’une part, elle n’a pas augmenté aussi vite que les volumes en production. Mais d’autre part, on observe sur l’été 2011 une baisse de l’activité des rayons fruits et légumes des magasins spécialisés, indépendamment de la hausse des volumes disponibles ; on ne sait pas bien l’expliquer : conséquence du climat, effet de traîne de E. coli…?” Cette baisse semble limitée dans le temps, car “en septembre, ça a l’air de repartir.” Saison tendue, donc, pour ProNatura et ses 600 producteurs en France, pour de multiples raisons : conditions climatiques, rendements élevés, baisse de consommation en juillet avec des températures basses, problèmes qualitatifs sur certains produits comme l’abricot, à la maturation irrégulière, problèmes de conservation… Sans oublier que beaucoup de conversions sont arrivées à terme. “À ProNatura, nous n’avons pas pu absorber tous les nouveaux volumes. Une partie d’entre eux a dû être valorisée en conventionnel.” Reste que “les producteurs bio sont satisfaits de la valorisation, à peu près identique à celle de l’année dernière. Mais en Bretagne notamment, ils sont plus mitigés, car la concurrence est plus rude, notamment avec Prince de Bretagne.” Sur les 30 000 tonnes achetées par ProNatura chaque année dans le monde (à quoi il faut ajouter 15 000 tonnes de fruits exotiques), la part des achats français est passée à 60 %, contre moins de 50 % il y a trois ans.

Miser sur son identité régionale

Dans le Nord-Pas-de-Calais, on a aussi souffert de la sécheresse, mais “cet été, ça s’est plutôt bien passé, relate Alexandre Cazé, coordinateur de Norabio qui compte 100 adhérents au total. On a plus de craintes sur les légumes d’automne et d’hiver parce que les semis de printemps ont souffert.” Les volumes écoulés par Norabio doublent en 2011, en partie à cause des rendements importants, en partie parce que 12 nouveaux adhérents ont rejoint la structure. “Nous n’avons pas connu de baisse de prix massive, et même si les quantités disponibles augmentent, la demande continue de les absorber sans problème.”

Quant à la crise de la bactérie Escherichia coli, “on a subi un impact direct pendant dix à quinze jours, sur concombre et tomate notamment, se souvient Henri de Pazzis. Mais cet impact a disparu beaucoup plus vite en bio qu’en conventionnel. Le capital confiance des consommateurs de produits bio est beaucoup plus construit.” Jean-Luc Charbonneau voit aussi une autre explication à la tension perceptible sur les marchés cet été : “De gros opérateurs du conventionnel se lancent dans la bio. Imaginez un opérateur qui fait 10 000 tonnes de melon conventionnel et qui arrive avec 500 tonnes de melon bio, prévues au départ pour le circuit de la grande distribution, mais qui finissent par se reporter sur le marché spécialisé…” Pas facile, dans ce contexte, de se démarquer. Mais les stratégies s’affinent. “Nous misons sur une forte identité régionale, indique Jean-Luc Charbonneau. Le but, c’est de faire apparaître une gamme région Sud-Ouest et de saison. Nous misons aussi sur notre spécificité bio : nous le sommes à 100 %.”

Myriam Goulette

(1) évolution des tonnages phares chez Biogaronne :

-Melon : de mi-juin au 31 août 2010 : 30 tonnes, pour la même période en 2011 : 70 tonnes ;

-Tomate : de fin mai au 31 août 2010 : 125 tonnes, pour la même période en 2011 : 170 tonnes.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.