Le blé OGM aux portes de l’Europe

Après avoir propagé maïs, colza et soja OGM, les cinq premiers semenciers mondiaux (les Américains Monsanto et Pioneer, le suisse Syngenta, le français Vilmorin et l’allemand KWS) préparent la diffusion de blés génétiquement modifiés.

Numéro 4 du secteur, Vilmorin s’engage dans cette voie, intensifie la recherche et affirme sa position de leader pour cette espèce. Dans un marché mondial des semences estimé à 26 milliards de dollars, en hausse de 9 % en 2008, les semences OGM ont bondi de 20 % en valeur (contre 4,5 % de plus pour les conventionnelles). Alors que l’opinion publique reste résolument opposée aux OGM, surtout en Europe, les semenciers ne relâchent pas leur lobbying. À noter qu’en maïs, la Commission européenne vient de donner son feu vert, le 30 octobre, aux importations dans la Communauté des maïs OGM de Monsanto (le MON 88017 et le MON 89034) et de Pioneer (le 59122xNK603). Ce, alors que l’impact favorable des OGM sur l’utilisation de pesticides est plus que jamais contesté.

En savoir plus : Des OGM pour nourrir le monde ? Une mauvaise réponse technique à un problème politique, Christophe Noisette d’Inf’OGM

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.