2012, la fin d’un monde ?

Alors que des prophéties plus extravagantes les unes que les autres sur la fin du monde en 2012 cherchent à effrayer les plus crédules, difficile de faire abstraction du contexte économique, politique et écologique pas forcément très rassurant.

D’ailleurs, il semble que les extraterrestres soient déjà là. Ils ne sont pas verts, loin s’en faut, et savent se dissimuler sous des airs empreints d’une grande normalité… Ils cherchent à profiter de la crise pour brader la défense de l’environnement et des avancées sociales. Représentant 43 % du budget de l’Union européenne, la Politique agricole commune, en pleine négociation pour 2014-2020 et soumise pour la 1ère fois à l’approbation du Parlement européen, pourrait bien pâtir de ces fortes turbulences, même si le commissaire Dacian Ciolos semble maintenir le cap.

Son but : relever les défis de la sécurité alimentaire, de l’utilisation durable des ressources naturelles et de la croissance. L’objectif est à la fois d’affronter le changement climatique et la concurrence internationale, tout en répondant aux attentes des citoyens. Selon son projet, 30 % des paiements directs seraient désormais consacrés à des pratiques valorisant les ressources naturelles et 7 % des terres devraient appliquer des mesures écologiques.

Forcément, certains maudissent le verdissement de ses propositions, mais franchement, est-ce suffisant ? Les bio demandent plus encore, pour développer leur modèle agricole conciliant l’écologie, l’économie et l’humain : s’ils approuvent le projet de plafonnement des aides et leurs conditions d’attribution liées aux emplois, ainsi que l’ouverture des DPU à la viticulture et aux fruits et légumes, ils attendent un engagement beaucoup plus marqué, en supprimant les références historiques par exemple. De plus, ils réclament l’implication des stratégies nationales et locales.

2012 sera une année cruciale dans toutes ces négociations. Plus que jamais, les bio doivent rester attentifs aux propositions, pour parvenir à la fin d’un monde : celui des pratiques polluantes qui détraquent l’environnement, le climat, la santé publique, l’équilibre social… Tout un programme !

Christine Rivry-Fournier – Rédactrice en chef

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.