Une bineuse auto-construite pour le maïs

Les associés du Gaec de l’Herbage près de Couffé en Loire-Atlantique sont en bio depuis 1999. Éleveurs laitiers avec une soixantaine de vaches sur 135 hectares, ils ont pour credo la recherche d’économie et d’autonomie. Ils ont conservé jusqu’alors près de 10ha de maïs qu’ils désherbent avec une bineuse artisanale. En effet, ils ont adapté un vibroculteur trouvé sur le site leboncoin avec des pièces de bineuses. “Des dents de vibro sont à l’arrière et des socs cœur sur les côtés, précise Jean-Christophe Richard, l’un des associés. Le but est de pouvoir biner seul, sans personne à l’arrière de la machine.” Cette partie est dédiée à l’inter-rang et celles installées sur les côtés, au rang. “On frôle le maïs au plus près”, assure le producteur. Avec 3 m de large, adaptée à la largeur de travail du semoir de la Cuma, la bineuse gère 4 rangs. Le système embarque deux roues de terrage à l’avant et à l’arrière. “C’est un outil facile à utiliser seul et peu usant et qui produit un effet billonnage intéressant grâce aux socs et aux disques”, poursuit Jean-Christophe Richard. La vitesse d’intervention va de  5 km/h jusqu’à 10 km/h au dernier passage. À titre indicatif, les temps de binage sont d’environ 1 heure par ha au stade 3-4 feuilles, 45 minutes au stade 5-6 feuilles et 20 minutes au stade 7-8 feuilles. Pour stabiliser la machine qui ne pèse pas plus de 200 kg, deux masses de 25 kg sont installées sur sa partie avant. Les producteurs sont satisfaits de leur “outil de récup” mis au point il y a sept ans pour un coût dérisoire.

Frédéric Ripoche

Tags

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.