Nids d’activité : un levier à l’installation

Partager du foncier, un bâtiment, transmettre : le principe du “nid d’activité”, tel qu’il est identifié en Bretagne, ouvre le champ des possibles. Il permet en tout cas à de futurs producteurs de s’installer et tester une activité.

installation en agriculture biologique en "nid d’activité"
Lauriane Lereau, éleveuse, l’accueillant éleveur Mickaël Romé et Baptiste Bahuaud, maraîcher, tous trois en bio.

“J’ai une ferme et je recherche des associés”, “peut-on intégrer un nid tout en conservant une activité à l’extérieur”… En octobre dernier, une conférence sur le thème des nids d’activités au salon La Terre est notre métier en Ille-et-Vilaine faisait salle comble. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : près de 1600 porteurs de projets à la recherche de foncier en Bretagne ; une seule installation face à trois départs à la retraite (1). Pourtant, de plus en plus d’agriculteurs se montreraient désireux de partager des surfaces, un bâtiment, un savoir-faire. Si le principe tient d’abord…

 

Ce sujet vous intéresse ? 

La suite de l’article dans Biofil n°92 (mars-avril 2014)

[product id= »44″]

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.