Ovin lait / qualités fromagères : détecter les mammites précocement

Crédit photo : GIE zone verte – Ravix.I.

En plus du manque de lait, des soins à l’animal touché et de sa réforme le plus souvent nécessaire, la détection tardive des mammites laisse planer un risque sur les qualités bactériologiques et fromagères du lait. “Cela nécessite une surveillance de l’éleveur au quotidien, rappelle Hubert Hiron. Et en ovin surtout, les mammites sont en majorité staphylococciques, donc transmissibles entre animaux.” Le test, dit test au teepol (ou CMT), mélange du lait avec un réactif de même quantité, indique des anomalies suspectées. Son utilisation est souhaitable précocement, mais ne suffit pas toujours. “Les éleveurs le connaissent mais il faut avoir conscience qu’une mammite commence souvent avant la positivité du test”, prévient le spécialiste. Pour lui, la mesure automatique de conductivité du lait à la machine à traire permet de gérer plus tôt un fort pourcentage de cas. “Le conductimètre détecte une conductivité anormale du lait avant l’arrivée des cellules, précise Hubert Hiron. C’est pourquoi ce test est intéressant pour soigner l’animal à temps”. Selon le vétérinaire, cet équipement, a priori en option sur les machines, reste encore trop peu utilisé pour une question de coût (1).

(1) Pour Gilles Lagriffoul (Idele), chef de projet animation du comité national brebis laitière (CNBL), le conductimètre “est un outil potentiellement intéressant mais qui reste à valider scientifiquement”.

 

Lire l’intégralité du dossier ovin lait dans le numéro 118

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.