HAUT DE PAGE
Ajouté le 25 janvier 2012 dans Dossier

Résistance aux bio agresseurs : la conduite de l’arbre en question

L’Inra s’est penché sur l’architecture de l’arbre pour le rendre plus résistant aux bio agresseurs – et le verger plus autonome vis-à-vis des intrants. Les résultats, aujourd’hui validés et valorisés, alimentent la réflexion en cours sur la conception de vergers plus durables.

 Imaginer une conduite différente de l’arbre qui favorise une auto régulation, d’une part de sa production, et d’autre part vis-à-vis des bio agresseurs ; agir en amont de l’infestation ; diminuer (voire éliminer ?) le recours à la lutte directe contre certains ravageurs difficiles à contrôler en bio… tout cela représente désormais des pistes sérieuses. L’équipe de Sylvaine Simon à l’Inra de Gotheron, en partenariat avec celle de Pierre-Éric Lauri à Montpellier, a comparé, en conduite Solaxe (CS) et en conduite centrifuge (CC), le développement de quatre ravageurs difficiles à contrôler en bio. Les résultats sont nets :

-Le puceron cendré se développe moins en CC qu’en CS (selon les années, - 10 % à - 58 % de rameaux infestés pour la période post-florale).

-Pour le puceron vert, les résultats varient en fonction des années et interagissent avec la population de puceron cendré : la CC favorise le puceron vert lorsque le développement du puceron cendré est moindre (et inversement).

-Pour l’acarien rouge, la progression de l’infestation est moins importante en CC (36 % de feuilles infestées en CC contre 43 % en CS).

-Pour le carpocapse, les résultats indiquent, selon les années, un effet favorisant de la CC tout au long des deux générations (à la récolte, 4,1 % de dégâts sur fruits en CC, contre 2,5 % en CS).

 Le microclimat modifié

Comment expliquer ces résultats ? La conduite centrifuge, dont l’une des opérations essentielles est l’extinction artificielle (c’est-à-dire la suppression sélective de rameaux, au stade bourgeon ou floraison), permet aux points de croissance et de fructification d’être plus accessibles à la lumière. Voilà qui bouscule l’architecture de l’arbre et la nature des rameaux, leurs proportions respectives, leur répartition dans l’arbre, leur rythme de croissance… et entraîne une modification du microclimat au niveau de l’arbre. (...)

Myriam Goulette

Source : poster “Architecture du pommier et développement des ravageurs” présenté lors de Tech & Bio 2011, Sylvaine Simon, Pierre-Éric Lauri, Inra.

À télécharger sur : http://www.inra.fr/la_science_et_vous/dossiers_scientifiques/agriculture_biologique/agriculture_et_elevage_biologiques_quelques_resultats

Retrouvez l'intégralité de l'article en lisant Biofil 79.

original

Biofil n°79, janvier/février 2012

INDICATEURS
Cultures fruitières : 10 % de surfaces en bio
ACTUALITÉS
Opti Maïs, lauréat d’un trophée de l’eau
“Osons la bio” : atteindre 20 % en 2020
Parution du guide des intrants utilisables en bio
Blé tendre : 2 variétés au catalogue
Pac : le verdissement fait débat
Sica Silo Bio Ouest : un outil structurant pour la fi lière
filière viande bio : des plus-values à promouvoir
Produire du poulet à 70 jours
RÉGLEMENTATION
Le point avec Qualité france : apiculture bio, des éclairages nécessaires
GRAND ANGLE
Fruits et légumes pour la transformation
DOSSIER ARBO
Changer de cap
Création variétale : plaidoyer pour la diversité
Résistance aux bio agresseurs
Intrants : “des avancées notables en un an”
PRODUCTIONS ANIMALES
Transformation fromagère : lire dans le lait
élever des animaux en prairies
GRANDES CULTURES
Le tournesol brille en bio comme en conversion
MARAÎCHAGE
Légumes de plein champ : une filière attractive mais encore poussive
Conversion d’un légumier : le bon sens près de chez soi
Production de plants : 100 % technique
SEMENCES
Potagères bio : une production et un marché délicats
VITICULTURE
Nouvelle tendance : le Bag-in-Box
AGROFORESTERIE
“L’arbre ne cache plus la forêt”
MATÉRIEL
Les innovations en arbo

Partager cet article