Partenariats : l’offensive bio de Carrefour

Sur son stand à Tech&Bio, Philippe Bernard, de Carrefour (au centre) reçoit les producteurs. Ici, Jean- Charles Demoulin installé à Maillance, et Christophe Gourdin, à Noves dans les Bouches-du-Rhône. (© C. Rivry-Fournier)

Présente à Tech&Bio, l’enseigne Carrefour cherche de nouveaux fournisseurs, notamment en légumes, fruits ou céréales. L’occasion de lancer sa nouvelle campagne “Le marché interdit”, ainsi qu’un partenariat tripartite pour sa production boulangère bio en blé meunier 100 % français.

« Nous voulons encourager les conversions et favoriser les partenariats”, résume Philippe Bernard, directeur partenariat PME et monde agricole France de Carrefour. Son plan Bio 2021 est lancé en mai dernier, basé sur des contractualisations à cinq ans, “chiffrant des volumes et des prix tenant compte des coûts de production”, précise le directeur. L’enseigne, présente pour la seconde fois à Tech&Bio, explique son implication. “Engagés en bio depuis plus de vingt ans, nous travaillons déjà avec 250 partenaires. Nous visons le 100 % français. Nous avons fait un inventaire de nos besoins pour le frais et la transformation, et recherchons des producteurs”, détaille Philippe Bernard. Tous les produits en fruits et légumes sont concernés, notamment les pêches nectarines, la gamme ratatouille… Pour stimuler les engagements, ceux issus de la deuxième année de conversion sont valorisés, comme les concombres, poivrons, abricots, et ils sont identifiés, sur les étiquettes, par un logo spécifique. L’objectif est d’approvisionner les hyper et supermarchés, et aussi les 150 magasins spécialisés Carrefour Bio (300 à 400 m2) prévus d’ici 2021, et dont une vingtaine ont déjà ouvert leurs portes.

Christine Rivry-Fournier

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de BIOFIL.